Logo pour impression Le devoir d'asile est un devoir sacré

Le devoir d'asile est un devoir sacré


Mouvement national contre le racisme
Rafle à Décines, août 1944 

Retour au clip

Daté du mois d’août 1944, ce tract dénonce la rafle de familles juives réfugiées depuis trois ans à Décines-Charpieu et rend ainsi compte d’un nouvel épisode tragique dans le calendrier des persécutions menées dans la région lyonnaise. Il est probable que les personnes  évoquées dans le tract aient fait partie du dernier convoi à quitter la ville, le 11 août 1944. Ce convoi n’atteindra que onze jours plus tard, sans passer par Drancy, le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Avant cela, d’autres rafles avaient marqué l’histoire lyonnaise : la grande rafle des Juifs étrangers de zone libre le 26 août 1942, mais aussi le 9 février 1943 la rafle de la rue Sainte-Catherine, qui constitua l’un des principaux chefs d’inculpation du procès de Klaus Barbie.

Le Mouvement national contre le racisme
Créé au printemps 1942, le Mouvement national contre le racisme (MNCR) qui signe le tract « Rafle à Décines » est une émanation de la section juive de la Main-d’œuvre immigrée. Si le Mouvement parvient à mettre sur pied des structures et des filières pour organiser le sauvetage des Juifs, sa mission première fut d’attirer inlassablement l’attention de la population française sur les persécutions dont ces derniers étaient victimes. À travers la production d’une presse riche et diversifiée, le MNCR alerte plus largement l’opinion publique sur les dangers de l’antisémitisme. Ainsi, à Toulouse en 1943, Vladimir Jankélévitch propose au MNCR la rédaction d’une publication au titre évocateur « Le mensonge raciste : ses origines, sa nature, ses méfaits », qui avait été exposée au CHRD en 2008 à l’occasion de l’exposition « Objets de résistance ».

La propagande du Mouvement s’appuie principalement sur Fraternité en zone Sud et J’accuse en zone nord, connu pour avoir révélé dans son numéro du 20 octobre 1942 l’asphyxie de milliers de Juifs par un « nouveau gaz toxique ». L’organisation s’implante en région lyonnaise avec Roger Payet-Burin et Charles Lederman lequel, sous l’égide de l’Amitié chrétienne, jouera un rôle décisif dans l’évasion des enfants juifs détenus en 1942 au camp de Vénissieux.

Faire entendre une parole différente est une des conditions pour développer l’esprit de résistance, l’exemple lyonnais du Mouvement national contre le racisme en est une des expressions les plus significatives. Ronéotypés, imprimés, recopiés à la main dans des conditions d’une extrême dangerosité, affichés sur les murs, glissés dans les boîtes aux lettres, lancés depuis un toit ou une bicyclette, ces messages sont autant de signes visibles de la Résistance, dans toutes ses composantes. Loin de dénoncer uniquement les exactions contre la population juive, le MNCR entend en effet réunir Juifs et non Juifs dans son combat pour la Libération nationale autour d’actions à caractère humanitaire. Il donnera naissance après la guerre au MRAP, Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (renommé en 1977 Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples).

« Le devoir d’asile est un devoir sacré »
On mesure difficilement aujourd’hui la prise de risques énorme consentie par les auteurs et les diffuseurs de ce tract, dont le sous-titre « Le devoir d’asile est un devoir sacré » résonne pourtant étrangement avec certains de nos slogans contemporains. Le caractère clandestin du document, la force de sa dénonciation et la qualité du mouvement signataire en font un objet de collection à part entière, présenté dans la partie de la nouvelle exposition consacrée à la persécution des Juifs et à la Déportation.

Ce tract, aux côtés des très nombreux journaux clandestins et de la masse innombrable des papillons, brochures, affichettes et inscriptions murales qui sont une des caractéristiques de la Résistance française, permet d’insister sur l’importance de la résistance intellectuelle. Les résistants juifs prendront part également à la lutte armée, notamment les jeunes de l’UJJ réunis aux côtés des FTP-MOI de Carmagnole lors de l’insurrection de Villeurbanne. Ce récit fera, à son tour, l’objet de développements dans la future exposition.







Dernière modification : 15/03/2012 12:08